Âgée de 25 ans, née d'un père photographe et d'une mère peintre, je m'intéresse d'abord à la nature de Belle-Ile-En-Mer et d'Islande, mes deux origines, à travers une photographie touchant à l'abstraction. Mes voyages me permettent de poser un regard sur les visages et de pratiquer le portrait. Je suit une formation d'histoire de l'art et enrichie d'une culture visuelle classique, je réalise mes premiers contrats de mode. Adepte de l'auto-portrait en lumière naturelle comme matière de création surréaliste et fantastique, la pratique du portrait en studio me permet de revenir à la source de la photographie ; la gestion de l'empreinte lumineuse. L'enjeu de ce travail est celui du dessin ou de la peinture : faire apparaître le visage et son caractère à travers la lumière et l'ombre qu'elle dessine.

 

j'ai commencé par suivre la voie de mon père Pierre-Jean Buffy, qui a photographié Venise, aussi bien que Belle Ile En Mer, à travers des paysages romancés et dramatiques. J'étais d'abord intéressée par des détails, textures de sable, jeux d'eau, végétaux... C'est au cours d'un voyage en Chine que j'ai vraiment découvert le visage et l'intérêt du portrait.

Je vois l'auto-portrait comme une manière de progresser. J'illustre toujours les thèmes que j'aime pratiquer par un auto-portrait que ce soit la jeune fille en fleur ou la façon Harcourt... Mais un certain thème photographique qui m'est cher reste tel que je l'ai commencé, à savoir uniquement à travers l'auto-portrait : la photo surréaliste. Ce thème me permet d'aller au bout de ma démarche de photographe et de créer des images-tableaux. Partant d'un thème ou d'un sentiment, ils illustrent une histoire, souvent fantastique. 

Tout d'abord, faire de la photo ne suffit pas pour être photographe ! Les parcours peuvent être différents ; entre avoir un diplôme ou se former soi-même, par le biais de recherche ou de stage. Néanmoins, la recherche personnelle est un moteur puissant ; se cultiver sur l'histoire de la photographie ou bien sur certains photographes. Avoir des modèles est important ; le jour où je cesserais d'en avoir et considérerais ma pratique comme accomplie, je cesserais de progresser et pourrais changer de métier ! La magie dans ce métier tient au fait que l'on peut ne jamais s'en lasser, ne jamais cesser d'apprendre et d'expérimenter, d'échanger avec d'autres artistes, qu'ils soient photographes ou qu'ils fassent partie de l'industrie : maquilleurs, coiffeurs, créateurs... 

Un photographe observe les choses avec un oeil toujours en recherche et doit trouver de l'inspiration dans n'importe quelle situation. 

L'industrie publicitaire, qui nous harcèle d'images met à notre portée une certaine qualité. Pourquoi un portrait chez le photographe ne serait pas aussi recherché ? Pour moi, passer un bon moment de partage est aussi important que de créer de belles images.

Me contacter par mail :

isolbuffyphotography@gmail.com

EXPOSITION WE ARE WOMEN POUR EROS FEMINA

Exposition photographique et artisanale

Galerie Jour et Nuit Culture, 9 place Saint Michel, Paris

11 au 17 juin 2018 

Plus d'infos : 

festival eros femina.jpg
isol buffy we are women photographe femm
Le portrait : fixer l'éphémère pour le transmettre

La pratique du portrait photographique, à son origine, met l'image à la portée du plus grand nombre tout en restant inférieure à l'art pictural. Ce métier regroupe alors plusieurs corps de profession tournés vers l'expérimentation. Une interrogation persiste longtemps ; la photo est-elle un moyen sûre de représenter la vérité ? Le photographe, du scientifique au magicien, est une figure discrète qui s'affirme avec la valorisation progressive du médium.

En tombant sur ces photographies dans une brocante, je me suis rappelé pourquoi le portrait est une pratique fascinante. Il permet la projection de soi, en tant que personnage photographié, par le biais d'une mise en scène et à travers le regard du photographe. Au delà du kitch de ces photographies anciennes, nous cherchons à créer un portrait intemporel et unique. Sue Bryce, photographe portraitiste australienne, défend l'idée de réaliser son portrait pour ses enfants, pour sa famille. Pourquoi ne pas en effet produire une image, sortant des albums traditionnels, aujourd'hui majoritairement numériques ? De nos jours, si la photo est banalisée, la qualité de l'image produite ne dépend pas seulement du matériel utilisé mais aussi du tirage. Faire appel à un professionnel dans le domaine de la photographie, assure de recevoir une image représentative d'un métier, qualitative depuis la démarche de prise de vue, jusqu'à l'œuvre tirée, certifiée, destinée à durer et à être transmise, à l'image des photographies anciennes.

  EXPOSITION
au Cube, 2015

Un immense merci à ceux qui sont venu au vernissage et surtout à mes soutiens inconditionnels qui m'ont poussé et encouragé depuis le début : Alexis Courraud, photographe, Juliette Krier-Mallet, organisatrice d'événements et Franck Boucher, mastermind du Cube !

À ceux qui me soutiennent depuis :  Aurore, plasticienne, et depuis toujours : la famille Boulch qui m'a élevée autant que ma mère et à mes amis et modèles qui me font évoluer sans cesse ainsi qu'à mes histoires d'amour belliloises, Anne et Anne.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now